deux personnes discutant avec un chauffeur la nuit

Techniques de prises de vues | La photographie urbaine

Jan Tichy

Lorsque mes sujets sont de parfaits inconnus, l’image se pare d’une couche de mystère. Je touche à plusieurs types de photographie : mariages, architecture, paysages, portraits, voire parfois la photographie de détails ou de produits. Mais, quand je parcours mes anciens clichés, ce sont les individus, leurs visages et leurs expressions qui m’attirent le plus. Même si j’adore prendre en photo ma famille, mes amis et les gens que je rencontre, j’aime aussi immortaliser des personnes dont je ne connais pas l’histoire. Je ne manque d’ailleurs pas de sujets de ce genre, car on croise des inconnus partout où l’on va.

homme marchant dans une rue le dos tourné au soleil © Jan Tichy | Sony α7 IV + FE 35mm f/1.4 GM | 1/250s @ f/8.0, ISO 320

En général, je prends des clichés urbains spontanés lors de mon temps libre, de jour ou de nuit. Ces moments me plaisent d’autant plus lorsque je ne sais ni où je me rends ni ce qui m’attend.

Quand je prévois de prendre des photos dans la rue, j’emporte l’objectif Sony FE 35 mm f/1.4 G Master ou le FE 50 mm f/1.4 ZA. Tous deux offrent une qualité d’image incroyable, même à f/1.4. Ils disposent également de commandes simples qui en font des modèles faciles à utiliser et assez légers pour pouvoir les transporter lors de longues balades.

En revanche, quand j’emporte mon appareil photo « juste au cas où », je choisis plutôt des objectifs plus petits et plus légers comme le FE 35 mm f/2.8 ZA ou le FE 55 mm f/1.8 ZA. Ces modèles sont bien plus puissants que leur petite taille ne le laisse paraître. Chaque image que je prends avec eux est précise et nette.

ombre d’un enfant rampant sur un toit © Jan Tichy | Sony α7 IV + FE 35mm f/1.4 GM | 1/8000s @ f/1.4, ISO 100

J’aime mélanger les humeurs et les énergies de l’instant dans mes images. Ce qui me plaît aussi, c’est d’immortaliser des lieux qui disparaissent peu à peu au profit de bâtiments modernes en verre et de centres commerciaux, afin que les générations futures puissent savoir à quoi ressemblaient nos villes dans le passé.

L’art de l’invisible

On obtient des clichés fantastiques lorsque les personnes que l’on photographie dans la rue n’ont pas conscience de notre présence. Puisqu’ils ne savent pas qu’un objectif les vise, l’image dégage une sensation authentique et naturelle.

silhouette au loin dans une rue pluvieuse © Jan Tichy | Sony α7 IV + FE 35mm f/1.4 GM | 1/125s @ f/5.6, ISO 1600

Pour renforcer son invisibilité, il faut cacher aux gens la direction de son regard. Une solution efficace consiste à masquer ses yeux, par exemple à l’aide de lunettes de soleil sombres ou d’une casquette.

Il m’est déjà arrivé d’utiliser la télécommande Sony RMT-P1BT avec mon appareil photo, afin de tenir celui-ci ou de le laisser pendre à ma taille tout en l’actionnant depuis ma poche. Cette méthode est d’autant plus formidable lorsqu’on l’associe à l’obturateur silencieux de l’Alpha 9 II.

Face aux événements soudains, c’est le « moment » qui m’attire, et rien d’autre ne compte. Je fais alors au plus vite pour me focaliser sur le sujet et mettre en place une composition. Si je peux me concentrer sur cette dernière et sur le moment opportun pour prendre la photo, c’est grâce à la merveilleuse fonctionnalité de suivi automatique. Ainsi, je suis sûr que l’appareil va suivre le sujet de manière précise et fluide.

parc embrumé de nuit sous l’éclairage orangé de lampadaires © Jan Tichy | Sony α9 II + FE 24mm f/1.4 GM | 1/30s @ f/1.4, ISO 1250

La discrétion bénéficie à tout le monde. D’une part, je risque moins de rencontrer des problèmes ; d’autre part, je me passe des explications gênantes sur ce que je suis en train de faire. Néanmoins, quand une personne me remarque, le contact visuel qui s’établit peut rendre l’image plus personnelle et lui donner un souffle de vie.

L’une de mes règles en photographie urbaine est de ne jamais capturer les situations embarrassantes. Je ne veux surtout pas mettre mes sujets mal à l’aise, ni sur le moment ni plus tard, s’ils tombent sur la photo par hasard.

Même si j’adore flâner dans les rues et capturer des images, ce n’est pas pour autant que je rentre avec des clichés intéressants à tous les coups. Parfois, la chance me sourit, parfois pas. Là repose tout l’intérêt de la photographie urbaine : ne pas savoir ce que je vais prendre en photo et ramener chez moi. Je ne peux y résister.

Produits présentés

Jan Tichy

Jan Tichy | Czech Republic

« La photographie m’a offert le plus beau des cadeaux : voir le monde avec un regard unique. Il y a tellement de beauté et de magie à saisir autour de nous. Soyez attentif et toujours prêt. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.