femme en costume d’époque dans un champ avec soldats français en arrière-plan

« Fixateur » de scènes

Christophe Brachet

« Sur un tournage, ce ne sont pas les contraintes qui manquent, » explique le photographe de plateau Christophe Brachet, « alors je dois me montrer aussi agile qu’un chat si je veux pouvoir capturer les clichés dont j’ai besoin. Je ne peux interagir ni avec les techniciens de plateau, ni avec ceux qui sont devant ou derrière la caméra. Je dois faire en sorte que l’on m’oublie, devenir invisible pour capturer les images les plus réalistes possible. La discrétion est un principe de base dans mon métier. »
Christophe Brachet Sony Alpha 9 femme en costume d’époque dans un champ de coquelicots

© Christophe Brachet | Sony α9 + FE 70-300mm f/4.5-5.6 G OSS | 1/800s @ f/5.6, ISO 50

L’exercice était plus difficile, se remémore Christophe, faisant référence à l’époque où son matériel Sony Alpha n’avait pas encore transformé sa manière de travailler sur les tournages.

« Ce qui a véritablement révolutionné mon travail, explique-t-il, c’est l’obturateur silencieux des appareils sans miroir comme les Sony α9, α7R III et α7 III dont je me sers aujourd’hui. Auparavant, se souvient-il, la majorité des photographes de plateau utilisaient un blimp ; une sorte de housse étanche destinée à masquer le bruit de l’obturateur et ainsi éviter d’interférer avec le tournage. »

Christophe Brachet Sony Alpha 7RII groupe d’acteurs français en costumes d’époque prenant la pose

© Christophe Brachet | Sony α7R II + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/125s @ f/5.6, ISO 1000

Fort de 10 années d’expérience en tant que photographe de plateau, les dernières missions de Christophe ont notamment été l’occasion de travailler sur des drames d’époque et des comédies, comme avec le film « Le Retour du Héros » ; un projet rythmé par nouveaux défis et nouvelles opportunités, tant pour lui-même que pour son appareil.

« C’est le réalisateur Laurent Tirard qui m’a entraîné dans ce projet. C’est la toute première fois que je travaillais avec Mélanie Laurent. Ils ont su, avec le reste de l’équipe, rendre cette collaboration très agréable. Quant aux costumes et lieux de tournage de ce type de films, ils sont autant de sujets riches et intéressants pour un photographe. »

Christophe Brachet Sony Alpha 9 Jean Dujardin et Mélanie Laurent riant entre deux prises

© Christophe Brachet | Sony α9 + 85mm f/1.8 | 1/500s @ f/2.8, ISO 100

“Le Retour du Héros,” explique Christophe, « a représenté un défi particulier, car en tant que comédie burlesque, les acteurs ne sont pas censés rire à l’écran. Mais bien évidemment, pour la promotion du film, il me fallait ce type de clichés afin que le public comprenne immédiatement qu’il a affaire à une comédie. Pour capturer ces moments, il m’a fallu être très attentif à la vie des coulisses et sur le plateau. » La mise au point ultra rapide et la vitesse de prise de vues de l’α9 lui ont été particulièrement utiles pour ce type de situations et bien d’autres.

Christophe Brachet Sony Alpha 9 jean dujardin galloping on horseback dressed in period costume

© Christophe Brachet | Sony α9 + 85mm f/1.8 | 1/6400s @ f/2.2, ISO 50

La chute d’une actrice dans un lac ou la course d’un soldat sur un cheval lancé au galop ont été d’autres scènes marquantes qu’il a fallu immortaliser. « Pour ces deux photos, » explique Christophe, « j’ai utilisé le mode rafale de l’α9, réglé sur 20 images par seconde ». Cela lui a ensuite permis de choisir le cliché idéal ; l’instant le plus frappant.

« Avec ce mode de prise de vues, vous ne craignez pas de perdre le sujet. En effet, la mise au point de l’α9 est d’une précision extrême et le suivi parfaitement fiable, » explique-t-il. « La cadence de prise de vue et cette même mise au point me permettent de me concentrer exclusivement sur la scène. »

Christophe Brachet Sony Alpha 7RII acteur français en haillons tenant un sac à côté d’une diligence

© Christophe Brachet | Sony α7R II + 85mm f/1.8 | 1/3200s @ f/1.8, ISO 100

Outre les clichés pris sur le vif, le photographe de plateau se doit également de capturer les images promotionnelles et couvrir la vie des coulisses ; exercice pour lequel Christophe utilise l’α7R II.

« Mes photos servent à la promotion des films et aux affiches, » explique-t-il, « et même si ce cliché de Jean Dujardin a été pris en plein tournage, je voulais capturer le réalisme créé par le chef accessoiriste. » Christophe est souvent appelé à photographier les acteurs prenant la pose de manière à mettre en lumière les somptueux détails des costumes et décors. Pour ce faire, il se repose sur la haute résolution du capteur de l’α7R II : « avec la production cinématographique, je vois défiler de nombreux artistes et je veux que leur incroyable travail se reflète dans chacune de mes images », souligne-t-il.

Christophe Brachet Sony Alpha 7RII Jean Dujardin et Mélanie Laurent riant tandis qu’un clapman se prépare pour une prise

© Christophe Brachet | Sony α7R II + 85mm f/1.8 | 1/1600s @ f/1.8, ISO 100

La diversité des environnements implique que Christophe, ses appareils et objectifs soient capables de réagir à toutes sortes de situations, tout en conservant le même niveau de précision. Avoir à composer avec la lumière du plateau peut par exemple s’avérer compliqué. « L’éclairage est entièrement géré par le chef opérateur, » explique-t-il, « il me faut donc travailler dans son sillage afin de capturer l’ambiance qu’il a voulu créer dans mes propres clichés. » Par chance pour Christophe, grâce aux capteurs Sony et à leur incroyable sensibilité et maîtrise du bruit, même à des ISO très élevées, les scènes peu éclairées ne sont pas un problème.

Christophe Brachet Sony Alpha 9 Jean Dujardin et Mélanie Laurent en tenues de soirée d’époque avec bougies en arrière-plan

© Christophe Brachet | Sony α9 + 85mm f/1.8 | 1/125s @ f/1.8, ISO 1250

Pour exploiter au maximum la lumière, il utilise principalement les objectifs fixes et zoom rapides de la gamme G Master et modèles supérieurs, dont le 24 mm f/1.4 GM, le Zeiss Batis 85 mm f/1.8, le Sony Zeiss 55 mm f/1.8, et le 24-70 mm f/2.8 GM.

Et d’autres très bons objectifs se profilent à l’horizon pour les photographes comme Christophe : « Je suis impatient de tester le nouveau 135 mm f/1.8 GM, » sourit-il, en ajoutant, « J’ai une préférence pour les objectifs fixes étant donné que j’aime explorer mon environnement et me déplacer entre les différents clichés. Je me répète, mais cette approche est rendue possible grâce aux appareils Sony. »

Produits présentés

Christophe Brachet

Christophe Brachet | France

« Ce qui me plait avec l'α7S, c'est qu'il est à la fois petit et discret, me permettant de capturer la spontanéité... »

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Félicitations, votre inscription a été validée.