lac en arctique avec un petit iceberg au premier plan

La monochromie de l’Arctique

Laurent Baheux

De nombreux photographes animaliers en herbe rêvent de partir en safari à la recherche des grands prédateurs africains. Cependant, une fois que vous avez réalisé ce rêve, comme Laurent Baheux, photographe animalier français, le choix de votre destination suivante peut être difficile.

mouette solitaire volant au-dessus d’un paysage enneigé

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/500s @ f/9.0, ISO 200

« Après les lions, les éléphants et les autres grands mammifères d’Afrique, je voulais découvrir autre chose », indique Laurent. « Je souhaitais cependant continuer à photographier les grands mammifères, les chasseurs au sommet de la chaîne alimentaire, c’est donc tout naturellement que je me suis dirigé vers l’Arctique. »

Depuis 2016, Laurent photographie donc la faune sauvage de l’Arctique, au Canada et en Europe. Il a réalisé sa série la plus longue en juin 2022, au cours d’un voyage de deux semaines sur l’île norvégienne du Spitzberg. Il y a trouvé un paysage monochrome composé de fjords, de montagnes et de glaciers.

paysage torturé en arctique

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 24-105mm f/4 G OSS | 1/200s @ f/13, ISO 100

« J’ai passé 15 jours au-delà du cercle polaire arctique, et j’ai vu le monde en noir et blanc pendant la totalité de mon séjour. » Cette vision monochrome ne vient pas seulement du paysage en lui-même, mais également de l’approche de Laurent pour le photographier : contrairement à la plupart de ses confrères, toute sa pratique de photo animalière se fait en noir et blanc.

« Le noir et blanc représente les débuts de la photographie, mais également de ma propre pratique. J’ai appris la photo en noir et blanc, y compris le développement des clichés, et j’ai beaucoup appris sur la lumière et les ombres. »

Pour beaucoup de photographes, le plus simple serait d’effectuer les prises de vues en couleur, puis de les passer en noir et blanc au moment du traitement. Laurent a pour sa part choisi de prendre les clichés directement en noir et blanc, afin de voir immédiatement le résultat final ou presque.

ours polaire escaladant des rochers

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/1250s @ f/8.0, ISO 640

« J’ai augmenté le contraste de noir et blanc de mon Sony Alpha 1, mon appareil de prédilection pour ce type de travail. J’aime obtenir des noirs bien profonds. Le viseur électronique fonctionne comme un viseur optique, à ceci près qu’il vous permet de voir les images telles que vous souhaitez les prendre. »

En éliminant la couleur, Laurent peut mettre en valeur les textures qu’il voit sur les animaux et les paysages environnants, des détails qui passent souvent inaperçus. « Le noir et blanc me permet de jouer avec la lumière et de cacher ou au contraire de révéler différents éléments de mon cadre. Je peux ainsi prendre un cliché non pas simplement du monde, mais de mon monde. C’est pour cette raison que j’y suis tellement attaché. »

groupe de mouettes autour d’un iceberg

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/2000s @ f/8.0, ISO 1000

J’aime m’approcher du sujet par le biais de mon appareil. Lorsque vous regardez mes photos, je veux vous donner l’impression d’être au cœur de la nature, juste à côté de l’animal. C’est là que mes longs téléobjectifs entrent en jeu. » À en croire sa collection de téléobjectifs, il est évident que Laurent a besoin d’énormément de polyvalence pour parer à toute éventualité dans les environnements hostiles où il se rend. « J’ai le FE 100-400mm f/4.5-5.6 OSS GM, le FE 200-600mm f/5.6-6.3 OSS G et le FE 600mm f/4 OSS GM avec un téléobjectif. »

phoque se prélassant sur un rocher

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/1000s @ f/9.0, ISO 5000

L’animal est important, bien sûr, mais son environnement, son milieu naturel, ne l’est pas moins. Ce contexte fait autant partie du sujet que le comportement de l’animal. Il enrichit la prise de vue, et c'est pour cette raison que l’objectif choisi par Laurent peut faire toute la différence. « J’adore inclure le ciel à mes photos, avec des nuages énormes au-dessus des montagnes. J’utilise dans ce cas un objectif plus court, généralement le FE 24-105mm f/4. »

mouette en plein vol

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/1250s @ f/9.0, ISO 2000

Laurent a bien conscience que ce type de paysage spectaculaire est le territoire des animaux qu’il photographie. « Vous êtes chez eux. Vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passe », nous dit-il. « L’animal choisit ou non de venir à vous. S’il se sent en sécurité, il peut même décider de s’approcher. Cela dit, je préfère généralement travailler avec un téléobjectif plus long et garder mes distances pour respecter la faune. Je ne suis qu’un visiteur, après tout. »

Pendant son voyage au Spitzberg, Laurent est resté à distance raisonnable en prenant ses photos depuis un bateau. « Je ne rencontre jamais de problèmes avec mon Sony Alpha 1, pas même avec mes batteries, y compris dans le froid et l’humidité d’un bateau dans l’océan Arctique. J’emportais toujours plusieurs batteries de secours pour mes journées de prises de vues, mais je n’ai jamais eu besoin d’utiliser la dernière. L’appareil a juste fonctionné sans problème malgré le froid. »

deux ours polaires jouant dans l’ombre d’une montagne

© Laurent Baheux | Sony α1 + FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS + 1.4x Teleconverter | 1/500s @ f/9.0, ISO 400

Dans un monde saturé d’images, Laurent veut proposer une approche différente, et son Sony Alpha 1 lui permet de réaliser sa vision. « Le système d’autofocus de cet appareil est incroyable ! » s’enthousiasme-t-il. « Il peut suivre l’œil d’un mammifère et même d’un oiseau, c’est dingue. »

Pour Laurent comme pour tout autre photographe, il peut être difficile de prendre un cliché vraiment original.

« Je dois concentrer toute mon énergie sur l’histoire que je veux raconter. L’idée est l'élément le plus important d’une photo – au final, l’aspect technique est secondaire. Je me focalise sur mon cadre et sur ce que j’y mets. Le Sony Alpha 1 me permet de m’immerger totalement dans l’aspect créatif en faisant une confiance aveugle à mon appareil. »

Produits présentés

Laurent Baheux

Laurent Baheux | France

« Ni cage, ni enclos, ni cirque, ni zoo. En liberté, à l’état sauvage. La captivité est une torture physique et mentale pour tout être vivant. Les animaux comme les hommes. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.